UN ROMAN | CROSSE MORTELLE

De Marie DEVOIS publié chez Cohen&Cohen éditeurs (2020)

En 1820, à l’âge de 20 ans, Claude VERNEY remporte le 1er prix de sculpture sur bois de fusil au Concours d’Armurerie de Saint-Étienne, alors berceau et capitale en la matière. Sa pièce représente la déesse Diane chasseresse et son chien en pleine nature et la récompense qui l’accompagne va décider Claude à fonder la Maison Verney-Carron.

En 2020, en hommage à ce travail et à l’occasion du bicentenaire de l’entreprise, un roman noir intitulé « Crosse Mortelle » écrit par Marie DEVOIS, spécialiste de la législation en matière d’armement qui signe ici son dixième, est sorti. Cette fiction, inspirée par l’histoire de la Famille et de la Maison, se déroule à Saint-Étienne, où plusieurs faits divers ainsi que le vol de cette fameuse crosse au Musée d’Art et d’Industrie, mettent la ville en émoi.

A l’occasion de la Fête du Livre de Saint-Étienne, qui se déroulera du 16 au 18 octobre 2020 et dont Verney-Carron est partenaire, Marie DEVOIS, consacrera une signature ainsi qu’un atelier d’écriture au Musée d’Art et d’Industrie de Saint-Étienne.

VOUS POUVEZ LE COMMANDER EN LIGNE :

• leslibraires.fr 
• LaLibrairie.com
• Librairie de Paris St-Etienne
• Decitre
• Mollat
• Furet du Nord
• Librairie de Paris
• Cultura 
• Fnac 
• Amazon 




REVUE DE PRESSE :

  • LeTelegramme.fr :
    « Marie Devois, comment votre dernier roman, « Crosse mortelle », est-il né ? »
    « Pour les 200 ans de la Maison Verney-Carron, les dirigeants actuels souhaitaient l’édition d’un ouvrage différent de ceux qui accompagnent traditionnellement un tel événement. Ils avaient lu deux de mes romans, et ont contacté la maison d’édition Cohen & Cohen pour me proposer d’écrire une fiction policière, nourrie de l’histoire de leur entreprise, et de leur famille. Une expérience inédite et passionnante. J’ai passé du temps à Saint-Étienne pour découvrir le travail au sein de l’armurerie, et l’histoire de la dynastie Verney-Carron ». (…)
  • Chasses Internationales :
    « (…) Dopé par une étude de caractère acérée, ce polar, commandé par l’armurier stéphanois pour ses 200 ans, dissèque à froid la mécanique criminelle du tueur. Où préside la pitoyable soif de vengeance, comme seule arme de salut. »
  • Le Chasseur Français :
    (…) « La femme accrochée aux grilles de la Cité du Design serait-elle morte d’un coup de crosse ? À vous de le découvrir. »